Daniel Lindé - Peintre
Sélection d'oeuvres primitivistes
Ferdine's suite
Dessins


Le travail de Daniel Lindé peut être qualifié de peinture expressionniste, partant de la présence du corps de l'homme comme objet central. Fouillant dans son intériorité et dans les replis de la chair pour observer les vibrations du vivant. Tentative d'introspection de la « tripe de l'artiste » au service d'une figuration libre de l'humain. Vision iconique de l'instant de vie, renvoyant à la permanence d'une pensée du monde. Jeu de massacre des apparences et prise de risque total dans le chromatisme.

Parcours de vie

Daniel Lindé est né à Troyes, en 1949. Il a commencé à dessiner à l'âge de quatre ans, et n'a plus lâché le crayon depuis. En 1972, il s'installe à Saint-Malo et débute son travail dans un style « Pop'Art ». Séduit par la « Nouvelle figuration », suit une période affichiste ( collage, décollage, assemblage ). Ses recherches l'amènent à la photographie, avec laquelle il aborde l'esthétique hyperréaliste sur des grands formats. Après une pause dans l'art contemporain, il marque un intérêt croissant pour l'art flamand ( Bosch et Bruegel) et le surréalisme. A partir de 1992, Daniel Lindé voyage à travers le monde ( Brésil, USA, Moyen-Orient, Asie...). Une passion croissante et dévorante naît pour les arts dits « Primitifs ». Il commence une collection qui deviendra source d'inspiration. Cette passion ne l'a jamais quitté et nourrit toujours actuellement son oeuvre. Après de nombreuses expositions personnelles et collectives dans l'ouest de la France, il crée sa propre galerie ( de 1974 à 1977 ) à Saint-Malo. Suivront des expositions collectives dans la mouvance « Nouvelle figuration » ( avec Klasen, Rancillac, Poli, ....), d'autres dans des galeries à Paris. En 1998, il débute sa période dite « Primitiviste », et expose aux USA. Il va entrer dans de nombreuses collections françaises, européennes, américaines. 2005 marque un nouveau tournant, avec l'ouverture d'un espace-galerie à son domicile malouin « Au vieux manoir ». Le thème du corps devient central dans sa production artistique. Depuis 2004, il participe aux colloques de l'association « Pour Ainsi Dire », créée à Saint-Malo (cf. www.psydire.com)

À propos du style : « Du corps à l'ouvrage »

Le travail de Daniel Lindé peut être qualifié de peinture expressionniste, partant de la présence du corps de l'homme comme objet central. Fouillant dans son intériorité et dans les replis de la chair pour observer les vibrations du vivant. Tentative d'introspection de la « tripe de l'artiste » au service d'une figuration libre de l'humain. Vision iconique de l'instant de vie, renvoyant à la permanence d'une pensée du monde. Jeu de massacre des apparences et prise de risque total dans le chromatisme, ironie et décalage du propos pour mieux circonscrire «  la fin de partie ». Energie du souffle et luxuriance de la vision comme « posture agissante » sur le réel.

Sélection d'expositions récentes

  • 2005   « Anthropomestripes »
  • 2006   « Jazz et ses divas »
  • 2007   « Mano a mano »
  • 2007   « La Naissance du tragique »
  • 2009   Invité pour la Feria par la ville de Nîmes
  • 2009   « Instants de vérité » avec Horst Faas (photographe de guerre Associeted Press )
  • 2010   « Libertés »
  • 2011   « Corps Accords » chapelle Saint-Sauveur - Saint-Malo